On dit qu’il y a des « riches » en HLM : est-ce vrai ?

Les HLM véhiculent un certain nombre d’idées reçues (comme nous l’avons déjà vu avec une première vidéo de l’Union sociale pour l’habitat à propos des « tours et des barres »). Place, cette fois, à cette affirmation souvent trop entendue : « Trop de riches en Hlm ! ».

On dit qu'il y a des "riches" en HLM : est-ce vrai ?

Dans sa 3ème vidéo sur les idées reçues, l’Union sociale pour l’habitat démonte cette idée reçue avec cette série d’arguments.

Etre locataire en Hlm n’est pas synonyme de misère ! Ainsi, une personne seule ayant pour revenus mensuels 1850€ nets peut prétendre à un Hlm. En province, le plafond de ressources pour prétendre habiter en Hlm pour une famille avec deux enfants est de 3590€ nets.

Lorsque les revenus des locataires d’un logement Hlm dépassent les plafonds fixés, les bénéficiaires du logement peuvent rester dans le logement (on a vu que la durée du bail est indéterminée pour les logements sociaux, à l’inverse du parc privé) en s’acquittant d’un supplément de loyer solidarité (SLS), supplément qui s’ajoute chaque mois au loyer principal et aux charges locatives.

Et si leurs revenus augmentent vraiment beaucoup (par rapport à leur situation au moment où ils ont suivi le processus pour entrer dans un Hlm) et qu’ils dépassent significativement le seuil autorisé, il leur est demandé de libérer leur logement. Cela concerne 10.000 familles, à rapporter aux 4,3 millions de familles qui vivent en Hlm.

Par ailleurs, l’une des missions des Hlm est d’accueillir un quart des Français les plus pauvres qui vivent avec moins de 930€ par mois.

Voici la vidéo réalisée par l’Union sociale pour l’habitat :

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les informations collectées par DOMIAL font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à nous permettre de traiter votre commantaire. Les informations marquées d’un astérisque (*) sont obligatoires. Elles sont destinées à DOMIAL et à ses partenaires. Pour exercer vos droits d'accès, de rectification et d'opposition conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, merci d'adresser votre courrier au : DOMIAL – Correspondant Informatique et Libertés 25 place du Capitaine Dreyfus – 68000 COLMAR, en joignant une copie d'une pièce d'identité.